Skip to content

MESSAGE PERSONNEL

décembre 20, 2012

Quand je vois ces enfants prendre leur car tous les matins, certains d’entre eux sont déjà dedans depuis plus d’une heure,  c’est que des centres spécialisés il n’y en a pas des floppées, ça vient de loin, très loin. Les carreaux sont embués, il fait froid, et dans leurs yeux innocents dansent les lueurs de l’enfance éternelle, dans lesquelles viennent se noyer l’ignorance et les questions sans réponse. Pourquoi suis-je différent, pourquoi ne vais-je pas moi aussi à l’école que j’ai quitté en cours d’année ? Ils ont des sourires, des petits signes de la main à mon attention et ça me crève le coeur. Je le sait moi, puisqu’on m’a dit avec raison « L’école n’est pas faite pour s’occuper de ces cas là ». Il a accepté, pas le choix, c’est vrai, l’école n’est pas là pour son fils autiste. Les centres spécialisés c’est mieux. C’est vrai. Il a perdu son boulot, il croit plus en rien. La mort sort du brouillard et s’avance doucement vers lui comme une vieille amie. Il regarde la vie défiler sous ses yeux comme un spectateur. Il n’a plus le contrôle. Pas de chance hein ? Mais bon il n’a pas décidé de détruire le monde, de tuer ses voisins ou de rapiner, il s’accroche ce con, il bosse à son compte mais il rame. Il a plus la moelle, avancer pour quoi, pour qui ? se dit-il en écoutant son fils lui poser la même question qu’il y a 2 mn, 1 heure, 1 jour, des semaines, des mois, des années…

Et dans la rue un mohamed à la con me demande si ca va en faisant vibrer sa narine ? Oui. Je le suis, il a compris, il ne me demande plus rien et presse le pas. Heureusement. Un salafiste en pyjama avec sa barbe je lui dit « qu’est-ce que tu fous là on est pas en Iran, retournes dans ton pays avec tes chameaux », les gens à l’arrêt de bus regardent leurs pompes, le fanatique égaré ne dit rien et se barre… La routine. Le lendemain je croise 2 arabes dans la cage d’escalier en train de casser les boites aux lettres, ils se foutent de ma gueule : « hey m’sieur, elles sont cassées les boites aux lettres z’avez vu, hi hi hi ? ». C’est bien je voterais FN en pensant à vous.
Et le dimanche, Des petits noirs abandonnés par leurs parents en bas de l’immeuble tapent sur mon fils et lui prennent la bouteille vide qu’il avait ramassé pour jouer et la cassent contre un mur. Le temps que j’arrive ils se barrent, leur copain arabe leur dit vous êtes vache pourquoi vous faites ça. Moi je sais bien pourquoi, il est blanc. Je dit rien, quand je crie mon fils croit que c’est lui que j’engueule. Je me contente de les regarder partir, pas fiers les petits nazillons noirs. Terrain de basket, des arabes jouent au foot, ils font une pause, mon fils en profite pour mettre un panier, les gamins viennent le voir : « vas-y dégage on va te niquer ta mère ». Gentiment je leur explique qu’ils ne sont pas en train de jouer et qu’on ne va pas rester longtemps. Ils se calment, puis 1mn plus tard ça recommence, j’entend « vas-y batard, je vais te mettre un coup de boule ». Mon fils qui ne comprends pas le danger gémit car il sent que quelque chose cloche. Je m’énerve : « Si tu touches à un de ses cheveux c’et moi qui vais niquer ton père, ta mère et toute ta famille ». Ca se calme. 30 secondes passent. Ils sont allé chercher les grands frères. Je me retrouve donc avec 15 connards armés de bout de bois qui m’insultent et me promettent sur le coran walah zinkou qu’il vont me niquer ma race, ma grand-mère etc… Je savais pas que le coran on pouvait niquer dessus. Ça sert donc à quelque chose.  Mon fils se retrouve isolé, je suis obligé de ne rien dire et de partir avec lui sous mon bras pour le protéger. A 15 c’est plus facile. Dès que je suis à bonne distance ils me traitent de pédé. Un couple qui a vu de loin ce qui se passait vient me voir pour me réconforter « si ça avait dégénéré on serait venu vous aider, ça fait un moment qu’il y a une bande qui fout le bordel ici mais le maire ne fait rien ». C’est bien, mais en fait ça avait déjà dégénéré et en plus ca fait un moment que les bandes sont partout dans toutes les villes. Ca fait 40 ans. Ma fille revient de l’école « Papa il y a des filles qui m’on insulté à l’arrêt de bus, elles voulaient que je baisse les yeux mais je l’ai pas fait ». C’est bien ma fille je suis fier de toi que je lui dit. Mais je flippe pour elle en vrai. C’est une vraie warrior, c’est ma fille. Mais que voulez vous une blonde au milieu des noirs et des arabes ça gène. Moi non plus je baisse pas les yeux. C’est comme ça qu’il faut vivre et pas autrement.

La question que je me pose est la suivante : les gamins handicapés, ils galèrent, ils n’ont pas de chance, et pourtant ils ne brûlent pas de voiture, ils ne crachent pas sur la France.

Les vieux qui ont perdu tous leurs amis, qui voient leur monde s’écrouler, qui vivent tous seuls chez eux non-plus.

Les femmes qui se sont fait violer non plus.

Les gens qui ont été insultés, écrasés, dépouillés, culpabilisé toute leur enfance non plus.

Les jeunes qui vont à l’école en gommant tant bien que mal leur identité pour survivre non plus.

Et quand des racailles insultent la France, nous imposent leur islam débile, nous agressent sous prétexte qu’ils seraient victimes de nous, de moi, il y a toujours derrière eux le spectre des droits de l’homme, sos racisme,la licra, des socialistes…

Alors message personnel à toutes ces associations de merde :

FERMEZ VOS PUTAINS DE GUEULES

Publicités

From → Indignation

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :